TDFLE Travaux de Didactique du FLE
2 avril 2017
Valorisation de la mémoire et de l’histoire des quartiers populaires
9 juin 2017
Voir tout

Weshipédia et la Tchatchade du samedi 13 mai

Le samedi 13 mai,  l’association Didac’Ressources, en partenariat avec Eclore, a organisé une tchatchade sur le port de l’Estaque, l’occasion de débattre avec les habitants des territoires nord du parler marseillais, et particulièrement, du langage des jeunes. Aujourd’hui le “marseillais” qui comprend un vocabulaire spécifique mais aussi de nombreuses expressions idiomatiques  dépasse les limites du sud de la France et se diffuse dans toute la France,  notamment grâce à certains rappeurs (I am, soprano) mais aussi grâce à des youtubeurs marseillais (Duval MC).

Plusieurs idées ont émergé au cours des échanges :

 

La fonction de ce  langage

Si le langage est aujourd’hui une manière d’affirmer une identité, il dénote peut-être de la volonté d’un groupe de ne s’entendre qu’entre soi,  de développer une sorte de code  compris uniquement par une partie de la population. Comme l’ont souligné certains participants, ceci pourrait expliquer l’influence du « milieu marseillais »  dans la construction du vocabulaire local. En effet, ce sont les gangsters les  premiers  à avoir développé un langage à part, qui à travers les romans et les films s’est répandu dans la population par un effet d’imitation.  Nous pouvons citer l’exemple du mot ”scoumoune”, malédiction, malchance venu de l’italien scomunica, “excommunication”. Ce phénomène est toujours présent de nos jours, mais il concerne désormais davantage les milieux du “trafic”.  Nous pouvons le voir avec des mots comme chouf” qui en arabe signifie   “regarder”, un chouf dans le milieu du trafic de drogue,  est la personne qui guette l’arrivée de la police,  dans le langage courant il a donné naissance au verbe “chouffer” qui signifie faire attention.  Cependant beaucoup de ces mots correspondent à un effet de mode et ne sont employés que par une certaine génération.

Différence de maîtrise et d’utilisation du parler marseillais

A travers les échanges avec les participants de la tchatchade nous avons pu noter les différences de connaissance et d’utilisation de certains mots, notamment entre les personnes nées à marseillais et les marseillais d’adoption mais aussi selon les âges. C’est d’ailleurs afin de pousser plus loin cette étude que nous avons  élaboré notre questionnaire “ Parlez-vous le marseillais ? “. Ainsi nous avons pu voir  une différence entre certains mots propres à une classe d’âge ou à un quartier et d’autres mots qui traversent les générations, comme “degun” ou “peuchère” et sont connus de presque tous les marseillais. Il est intéressant de s’attarder sur  la définition de  ces mots qui parfois ont dépassé les limites de la cité phocéenne et sont aujourd’hui connus d’une grande partie des français.

Lors du débat nous nous sommes, par exemple, intéressés au mot “cagole”, mot marseillais très ancien qui est depuis peu, entré dans le dictionnaire français.  A l’origine ce mot servait à désigner les prostituées, son utilisation a évolué et s’est élargi au fil du temps pour désigner les femmes au style extravagant. Selon le dictionnaire Larousse une cagole est  une  “Jeune femme extravertie, un peu écervelée et vulgaire”. Cependant,  nous avons pu constater durant la tchatchade que parmi les marseillais,   la perception de ce mot diffère,  ainsi, si pour certains, il conserve une connotation très péjorative voire insultante pour d’autres, il est utilisé de manière beaucoup plus atténuée avec une connotation plus sympathique, presque affectueuse.  Le terme de “cagole” est parfois même revendiqué. Une manière pour les marseillais de se réapproprier cette identité à travers la langue.

Glottophobie et glottophobie inversée

Si la langue participe à l’affirmation d’une identité  elle peut être aussi  un motif d’exclusion. En effet depuis un an la glottophobie, conceptualisée par Philippe Blanchet, est reconnue comme un critère de discrimination, notamment dans le milieu professionnel beaucoup de personnes se voient dans l’obligation d’abandonner leur accent sous peine  de souffrir d’un manque de crédibilité. L’échange avec les différents participants qui n’étaient pas tous nés à Marseille  a permis également de mettre en lumière le  phénomène inverse, ou comment certains,  à leurs arrivée dans le sud de la France ont pu ressentir un rejet, notamment en raison de leur accent . Cependant cette forme de discrimination ne semble pas s’appliquer aux personnes venues d’un pays étranger.

Logique communautaire et relation de classe

Selon certains participants ce rejet pourrait s’expliquer par le fait que le parler marseillais s’est toujours développé dans les  quartiers populaires  en opposition à l’accent parisien réservé  aux milieux plus aisés. Ainsi  le débat a permis de souligner, la logique communautaire qui s’affirme à travers le langage.  Ici il s’agit de la notion anglo-saxonne de communauté, un groupe de personnes qui partagent le même quotidien, qui vivent la même réalité, l’utilisation du parler  marseillais pourrait donc être le reflet  d’un antagonisme de classe.

Ainsi  la tchachade a permis de mettre en lumière dans quelle mesure  le langage peut être le symbole d’une appartenance à une certaine classe d’âge ou à un milieu social. Cependant les témoignages des différents participants ont révélé l’aspect poreux de ces communautés  qui se reflète dans la construction et l’évolution permanente du parler marseillais.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *